Par Adele Verdier-Ali, invitée sur le blog

Baa Atoll, Dharavandhoo, Photo: A. Verdier-Ali
Baa Atoll, Dharavandhoo, Photo: A. Verdier-Ali


Peu de destinations de vacances sont autant synonymes de luxe que les Maldives. Il suffit de mentionner le nom de ce pays pour immédiatement évoquer des images de complexes touristiques prestigieux sur des îles privées, où séjournent les riches et les célébrités du monde. Un paradis exotique? À voir. Excessivement cher? À voir encore.

La plupart des gens perçoivent les Maldives comme étant, soit une destination de vacances que l’on visite une seule fois dans sa vie pour sa lune de miel, soit simplement comme faisant partie des rêves qu’on sait irréalisables. Et, bien que de nombreux plongeurs soient fascinés par la diversité des récifs coralliens et de la vie marine sauvage dans les eaux de cette destination, beaucoup considèrent qu’elle est simplement hors de portée de leur budget, surtout ceux qui ne sont pas à la recherche d’une croisière.

South Ari Atoll Dhangethi, Photo: A. Verdier-Ali
South Ari Atoll Dhangethi, Photo: A. Verdier-Ali

Un pays, deux mondes

Jusqu’en 2011, cette perspective était plus ou moins vraie. Jusqu’alors, la loi des Maldives imposait une stricte séparation entre les îles pour touristes, et les îles où vivent les locaux. Cette séparation était, en grande partie, due au fait que le pays est 100% musulman, gouverné par un mélange de droits communs et de charia. Tandis que sur les îles locales, l’alcool et le porc sont bannis et que des vêtements modestes sont imposés, aucune de ces lois ne s’applique dans les îles touristiques.

Ainsi, jusqu’à il y a cinq ans de cela, les touristes arrivaient dans le pays par avion, étaient accueillis à l’aéroport, puis transférés vers leur île privée. Ils y restaient pendant la totalité de leur séjour (sauf pour les excursions) et les maldiviens continuaient à vivre sur leurs propres îles. Ils ne se rencontraient jamais.

North Ari Atoll, Thoddoo, Photo: A. Verdier-Ali
North Ari Atoll, Thoddoo, Photo: A. Verdier-Ali

Un changement dans la loi

Mais ce n’est plus le cas. En 2011, la loi a officiellement changé pour permettre aux touristes de se rendre dans les îles locales, et bien que les mêmes lois s’appliquent toujours, le nombre croissant de touristes qui séjournent sur ces îles chaque mois, montre que les visiteurs ne voient aucun problème à devoir se passer d’un hamburger ou d’un sandwich au bacon pendant une semaine ou deux. Depuis les cinq dernières années, ces îles locales mettent à disposition des maisons d’hôtes qui poussent dans tout le pays à un rythme effréné. Les prix des chambres des maisons d’hôtes ne sont, certes, pas comparables à ceux des chambres pour routards sur les autres parties de l’Asie du sud-est, mais, avec seulement 40$ par chambre et par nuit, ils sont extrêmement concurrentiels comparé aux complexes touristiques.

Naturellement, la qualité que vous trouverez varie selon l’endroit, mais bien que les établissements hôteliers dans les îles locales soient collectivement appelés “guesthouses” par l’industrie du tourisme aux Maldives, certains se rapprochent davantage des hôtels chics, avec des chambres spacieuses et des restaurants servant de la nourriture de qualité – quelques-uns ont même leur piscine privée.

Photo: Mohamed Seeneen
Photo: Mohamed Seeneen

Pourquoi est-ce intéressant pour les plongeurs?

Well, thanks to the influx of tourists, most of these islands are now home to a PADI Dive Center, and in some cases (such as guesthouse-capital Maafushi Island) there are several. Many of the guys running these centres have had years of experience in the resort industry, meaning that the service is of a high standard. Dive rates tend to be cheaper than in the resorts too, so if you’re on a tight budget it’s a great option. Most centres dive with traditional Maldivian dhoni boats so the level of comfort is similar – and of course the dive sites are the same regardless of how much you’ve paid to get there!

Photo: Mohamed Seeneen
Photo: Mohamed Seeneen

Pourquoi ne pas faire seulement une croisière?

C’est vrai. Avant l’avènement de l’industrie des maisons d’hôtes, les plongeurs qui cherchaient à consacrer la majorité de leur budget dans la plongée devaient effectuer une croisière, ce qui est fantastique si vous et votre épouse êtes tous deux plongeurs. Mais pour un non plongeur en croisière plongées? Il comprendrait vite la signification de la “fièvre des cabines”. C’est pourquoi, une île locale est un choix fantastique pour les plongeurs au budget serré à la recherche de voyages en compagnie d’ un non plongeur.

Bien que dans certains resorts, les snorkelers et les plongeurs prennent place sur des bateaux d’excursions séparés, dans les îles locales, ils ont tendance à sortir ensemble car les centres sont plus petits. Cela signifie que vous n’êtes pas loin de ceux que vous aimez pendant très longtemps – vous pouvez apprécier la croisière ensemble, à la recherche de dauphins, en appréciant le soleil (génial!) – lorsque le bateau atteint le site de plongée, vous pouvez descendre pour effectuer votre plongée tandis que votre compagnon non plongeur peut rester en surface pour faire du snorkeling. Et, si vos compagnons n’aiment pas le bateau, ils peuvent toujours rester sur l’île et apprécier la plage, car la plupart des îles locales ont des parties réservées aux visiteurs, où ils peuvent se faire bronzer en maillot de bain.

Vaavu Atoll, Photo: A. Verdier-Ali
Vaavu Atoll, Photo: A. Verdier-Ali

L’expérience d’une île locale

Séjourner sur une île locale comporte de nombreux avantages. C’est beaucoup moins cher et il y a un large éventail de formidables logements. Une plus grande partie de votre budget peut être consacré à la plongée, ce qui est toujours un plus. Mais les voyageurs ne devraient pas s’attendre à la même expérience que celle qu’il vont vivre sur une île touristique. Sur une île locale, on attend des visiteurs de vivre parmi les insulaires, de respecter la culture et d’être couvert des épaules aux genoux lorsqu’ils ne sont pas à la plage. Comme nous l’avons mentionné, il n’y a pas d’alcool – mais, de toute façon, si vous plongez, vous devriez vous abstenir. La nourriture est plus limitée mais tout de même délicieuse – beaucoup de poisson frais, des barbecues et du lait de coco.

Ainsi, si vous cherchez à expérimenter les véritables Maldives, loin du luxe des complexes touristiques, pour découvrir la convivialité, l’hospitalité locale et une manière de vivre, qui a peu changé depuis des siècles, une île locale est un merveilleux endroit pour commencer.

Vaavu Atoll, Photo: A. Verdier-Ali
Vaavu Atoll, Photo: A. Verdier-Ali

À propos de l’auteur:

Adele Verdier-Ali est auteur de voyages et marketer de contenu freelance qui vit aux Maldives depuis six ans. Elle est PADI Rescue Diver certifiée et, lorsqu’elle n’est pas sous l’eau, elle écrit sur la culture et le tourisme des Maldives. Vous pouvez lire d’autres articles dont elle est l’auteur sur www.littlebirdjournal.com

Baa Dharavandhoo, Photo: A. Verdier-Ali
Baa Dharavandhoo, Photo: A. Verdier-Ali
Share This